LA MONTÉE DE L’EXTRÊME DROITE EN FRANCE DANS LES ELECTIONS MUNICIPALES 2014

Publié le par Nouvelle Dynamique

 

EXTREME DROITE

LA MONTÉE DE L’EXTRÊME DROITE EN FRANCE",

par Emmanuel NKUNZUMWAMI, Editions L'Harmattan, 2012.

  
COMPRENDRE LES RESULTATS DU 1ER TOUR DES ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 EN FRANCE
 

L’élection municipale en France est un scrutin de liste à deux tours selon un système combinant scrutin majoritaire et scrutin proportionnel dans les communes de 1000 habitants et plus. De plus pour ces communes, les listes de candidats sont obligatoires et nul ne peut être éligible s'il n'est préalablement sur une liste de candidats et déposée à la préfecture. Enfin, les listes doivent obligatoirement alterner entre les hommes et les femmes.


          
 Au premier tour, si une liste obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, elle recueille la moitié des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis entre toutes les listes, y compris celle qui a obtenu la majorité, à la représentation proportionnelle, suivant la règle de la plus forte moyenne. Ne bénéficient de cette répartition que les listes ayant obtenu plus de 5 % des suffrages exprimés. Si aucune liste n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, un second tour est nécessaire. Nul ne peut être porté candidat au second tour s'il ne s'est pas préalablement présenté au premier tour.

 

           Au second tour, seules peuvent se présenter les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés au premier tour. Les listes ayant obtenu entre 5 % et 10 % peuvent toutefois fusionner avec une liste ayant obtenu plus de 10 %.
           La liste qui obtient le meilleur résultat obtient la moitié des sièges.
Les autres sièges sont répartis entre toutes les listes ayant obtenu plus de 5 % des suffrages exprimés.
          
 A compter de mars 2014, les conseillers communautaires sont élus au suffrage universel direct dans le cadre des élections municipales : un même bulletin comporte donc à la fois la liste des candidats au conseil municipal et celle des candidats au conseil communautaire.

 

Des situations très variées ont été constatées à l’issue du premier tour de scrutin du 23 mars 2014. Dans certaines villes où le maire sortant ou son dauphin désigné, et ayant travaillé son terrain municipal et bénéficiant d’une côte de popularité ou de notoriété très élevée, il a été élu au premier tour. Dans certaines autres communes où le Front national ou l’alliance de l’extrême droite a connu un score très élevé (au-delà de 15% !), les partis traditionnels de gauche et de droite n’ont pas pu s’imposer et gagner dès le premier tour. Un second tour est donc organisé pour le 30 mars 2014. Néanmoins, on remarque une forte poussée du Front national et de l’extrême droite dans les communes, aidée par le scrutin proportionnel.

 

Exemple : Si au second tour, trois listes restent en compétition et que l’issue du 30 mars 2014 donne l’ordre suivant :

Union de la droite : 52%, Union de la gauche : 32% et Liste Bleu marine : 16%. La commune doit pourvoir 55 sièges. La répartition sera alors la suivante : la liste ayant atteint 52% obtient : 28 sièges+52%x27 sièges à répartir, soit 28+14 = 42 sièges. La liste ayant réalisé 32% obtient à son tour : 32%X27= 9 sièges et la liste ayant réalisé 16% obtient 4 sièges par le même calcul. L’enjeu du second tour est donc d’obtenir le plus grand nombre de sièges pour chaque liste en compétition dans le second tour des municipales quand il a lieu.


Dans le même raisonnement et dans une autre ville où la situation est la suivante, dans une quadrangulaire avec trois listes arrivant à un niveau de forces comparables et très proches. La Liste de gauche : 36% ; la Liste de droite : 32% ; la Liste Bleu marine : 26% et la liste des dissidents : 6%. Le nombre de sièges à pourvoir est de 63. La répartition des sièges devient alors la suivante : 32 sièges+36%x31 sièges à répartir; soit 43 sièges qui reviennent à la liste de gauche ayant réalisé 36%. Malgré ses 32%, très proches de 36%, la liste de l'union de la droite n'obtient alors que : 32%x31; soit 10 sièges seulement. La liste Bleu marine ayant réalisé 26% descend à 8 sièges et la liste des dissidents divers obtient 2 sièges avec ses 6% dans notre exemple. La prime de la liste arrivant en tête dans le cas de cette quadrangulaire est donc forte, et cela incite à une rude compétition pour le second tour.


           Bravo à ceux qui ont été élus au 1er tour et courage à ceux qui se battent encore pour le second tour. 

                           

 

          Que la démocratie gagne pour la République !


Emmanuel Nkunzumwami

Auteur de "La Montée de l'extrême droite en France", Editions L'Harmattan, 2012.

Publié dans emmankunz

Commenter cet article