La dynamique de l’extrême droite dans les départements français pour les élections municipales de mars 2014 (2)

Publié le par Nouvelle Dynamique

 Le Partenariat

Dans la première partie de cette publication, nous avons présenté les situations dans les dix (10) régions : Lorraine, Alsace, Languedoc-Roussillon, Picardie, Nord-Pas de Calais, Provence-Alpes Côte d’Azur, Aquitaine, Auvergne, Basse-Normandie et Bourgogne, les vingt-cinq (25) départements où les scores du Front national ont atteint ou dépassé 20% des suffrages exprimés au 1er tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2012. Nous poursuivons avec les autres régions dont les départements présentent les mêmes configurations du Front national où le Front national seul a atteint et dépassé la moyenne nationale de son score. Il s’agit des sept (7) autres régions : Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Haute-Normandie, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes comprenant vingt (20) départements. Au total, le Front national connaît une dynamique de croissance dans dix-sept régions (sur les vingt-deux régions de la métropole) comprenant quarante-cinq (45) départements en France métropolitaine où le Front national a réussi une percée égale ou supérieure à son score national moyen. Il y a eu, certes, l’effet « Marine Le Pen », nouvelle présidente du Front national et candidate à cette élection présidentielle, mais également un « normalisation » du discours de Front national dans le paysage politique par les électeurs et une marque de refuge des électeurs, contre le mal-être, l’incertitude sur l’avenir, la crise économique et sociale, les délocalisations des emplois vers les pays à bas coûts, un vote protestataire contre les alliances des partis de gouvernement UMP-Nouveau centre et PS-Parti  radical de gauche- Europe Ecologie Les Verts, vers les votes des extrêmes (extrême droite pour le Front national et extrême gauche pour le Front de gauche).

Aussi, les résultats ci-dessous indiquent les départements dont les votes pour Marine Le Pen (Front national) ont égalé ou dépassé sa moyenne nationale, c’est-à-dire près de 20% et au-delà. Dans de nombreux cas, le Front national devient la première force politique électorale dans la moyenne du département, avant l’alliance du Parti socialiste et Parti radical de gauche (PS-PRG) ou de l’Union pour un mouvement populaire avec le Nouveau centre (UMP-NC).

   

1er Tour du 22 avril 2012

Régions

Dépt

Total Gauche

FN

FdG

PS-PRG

MoDem

UMP-NC

CENTRE

Cher (18)

44,4

19,7

13,8

26,8

8,8

25,0

Eure et Loir (28)

38,4

20,7

9,0

25,7

9,2

23,4

Indre (36)

45,2

19,6

11,3

29,9

9,0

24,2

Loir et Cher (41)

38,9

20,9

9,9

25,0

9,8

28,4

Loiret (45)

38,7

20,6

9,5

25,5

9,3

29,3

               

CHAMPAGNE-ARDENNE

Ardenne (08)

41,7

24,5

9,3

28,9

7,5

24,4

Aube (10)

33,7

25,1

7,9

22,8

8,4

30,3

Marne (51)

36,2

22,4

8,5

24,1

9,5

29,9

Haute Marne (52)

36,4

25,3

8,9

23,8

8,0

28,0

               

CORSE

Corse Sud (2A)

35,9

25,7

9,7

22,3

5,5

31,8

Haute Corse (2B)

40,0

23,3

10,0

26,0

4,6

31,1

               

FRANCHE-COMTE

Jura (39)

41,9

20,4

12,6

24,6

9,6

25,8

Haute Saône (70)

40,0

25,1

9,6

26,4

7,6

25,2

Territoire de Belfort (90)

41,8

23,7

11,4

26,0

8,9

23,9

               

HAUTE NORMANDIE

Eure (27)

38,9

22,8

10,3

24,7

8,4

27,8

               

MIDI-PYRENEES

Tarn et Garonne (82)

42,7

22,1

11,2

27,6

8,3

25,1

               

RHONE-ALPES

Ain (01)

36,5

20,7

9,6

22,8

10,2

30,4

Ardèche (07)

45,1

20,0

14,1

26,0

9,2

23,8

Drôme (26)

42,1

21,0

12,1

25,1

0,3

26,1

Loire (42)

41,5

21,6

11,2

26,5

9,8

25,1

 

De même, en poussant plus loin l’analyse des contributions des électeurs du Front national à la victoire du candidat François Hollande au second de l’élection présidentielle, nous constatons que, parmi ces départements où les électeurs ont accordé le plus gros score à Marine Le Pen (Front national), les contributions à la victoire de François Hollande (candidat de l’alliance du Parti socialiste et du Parti radical de gauche) sont égales ou supérieures à 5% des reports des voix du Front national. Il s’agit de douze départements : la Meuse (55), les Vosges (88), l’Aude (11), l’Aisne (02), la Somme (80), le Pas de Calais (62), le Cher (18), l’Indre (36), l’Ardenne (08), la Haute-Marne (52), la Haute-Saône (70) et la Drôme (26).

 

   

1er Tour

2nd Tour

55 % du MoDem ont voté pour Hollande

Régions

Dépt

Total Gauche

Hollande

Sarkozy

Observations et arbitrage du FN

Part FN pour F.H. (points)

CENTRE

Cher (18)

44,4

54,0

46,0

PS-PRG >UMP-NC > FN

       5  

Eure et Loir (28)

38,4

46,5

53,5

PS-PRG >UMP-NC > FN

       3  

Indre (36)

45,2

55,7

44,3

PS-PRG >UMP-NC > FN

       6  

Loir et Cher (41)

38,9

47,6

52,4

UMP-NC > PS-PRG > FN

       3  

Loiret (45)

38,7

46,0

54,0

UMP-NC > PS-PRG > FN

       2  

             

CHAMPAGNE-ARDENNE

Ardenne (08)

41,7

51,9

48,1

FN = UMP-NC

       6  

Aube (10)

33,7

42,6

57,4

FN > PS-PRG

       4  

Marne (51)

36,2

44,7

55,3

UMP-NC > PS-PRG > FN

       3  

Haute Marne (52)

36,4

45,6

54,4

FN > PS-PRG

       5  

             

CORSE

Corse Sud (2A)

35,9

42,4

57,6

FN > PS-PRG

       3  

Haute Corse (2B)

40,0

45,6

54,4

UMP-NC > PS-PRG > FN

       3  

             

FRANCHE-COMTE

Jura (39)

41,9

49,4

50,6

UMP-NC > PS-PRG > FN

       2  

Haute Saône (70)

40,0

49,6

50,4

FN = UMP-NC

       5  

Territoire de Belfort (90)

41,8

50,5

49,5

FN = UMP-NC

       4  

             

HAUTE NORMANDIE

Eure (27)

38,9

47,6

52,5

UMP-NC > PS-PRG > FN

       4  

             

MIDI-PYRENEES

Tarn et Garonne (82)

42,7

51,3

48,8

PS-PRG >UMP-NC > FN

       4  

             

RHONE-ALPES

Ain (01)

36,5

42,8

57,2

UMP-NC > PS-PRG > FN

       1  

Ardèche (07)

45,1

53,5

46,6

PS-PRG >UMP-NC > FN

       3  

Drôme (26)

42,1

49,2

50,8

UMP-NC > PS-PRG > FN

       7  

Loire (42)

41,5

50,5

49,5

PS-PRG >UMP-NC > FN

       4  

 

Conclusion :

Les positions de l’extrême droite en France, confortée par la forte dynamique du Front national, conduisent à  onze départements où le Front national seul se place devant l’alliance du Parti socialiste et du Parti radical de gauche dans des suffrages, et à sept départements où le Front national seul arrive devant l’alliance de l’Union pour un mouvement populaire et du Nouveau centre. Dans le département du Gard, le Front national représente la première forme électorale de tous les partis politiques. Les résultats analysés dans cette publication interroge tous les acteurs politiques des partis de gouvernement, de gauche comme de droite, sur leur responsabilité dans les réponses qu’ils apportent aux électeurs tentés par l’aventure de l’extrême droite pour protester contre la droite et la gauche républicaines. Le dialogue social français, porté par un corps politique avec sa jambe droite social-libérale et sa jambe gauche social-démocrate, risque fort d’être écartelé par les demandes fortes des électeurs de l’extrême gauche et de l’extrême droite. Or l’Etat n’a plus de marges de manœuvre pour intervenir pour apaiser les tensions sociales violentes entretenues par la crise internationale et les impératifs d’assainir les comptes publics (indispensable réduction d’un fort endettement public et difficile diminution du déficit budgétaire). Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont désormais les électeurs de l’extrême droite qui deviennent de véritables arbitres de l’équilibre de la démocratie en France et de la cohésion nationale, en même temps qu’ils en détiennent de fortes capacités de nuisance.

La suite des résultats est dans l'article : "La dynamique de l'extrême droite dans les départements français pour les élections municipales de mars 2014 (3)" produit sur ce site.

 

Emmanuel Nkunzumwami

Auteur de « La Montée de l’extrême droite en France », Editions L’Harmattan, 2012 et de « Le Partenariat Europe-Afrique dans la mondialisation », Editions L’Harmattan, 2013.

 

Analyste politique sur Radio Africa n°1

Publié dans emmankunz

Commenter cet article