LA MAJORITE PRESIDENTIELLE POUR REFORMER ET MODERNISER LA FRANCE

Publié le par Emmanuel Nkunzumwami

Par Emmanuel Nkunzumwami
Auteur de « La Nouvelle Dynamique Politique en France »,
Editions L’Harmattan, Paris, Décembre 2007.



Les élections législatives des 10 et 17 juin 2007 viennent de confirmer des attentes très fortes des Françaises et des Français pour de véritables changements pour la modernisation de la France dans un monde de plus en plus exigeant et de globalisation de l’Economie. 

Malgré un taux d’abstention d’envion 40%, la démocratie s’est exprimée et les résultats sont nets pour la Majorité Présidentielle.

 Quelques observations sont à noter dans ce scrutin :

 

Pour la quatrième fois au cours de la Vème République, une majorité parlementaire s’est succédée à elle-même, ce qui en fait un événement rare pour être souligné. L’UMP à elle seule a obtenu une majorité absolue incontestable.

Les français ont montré leur maturité dans la gestion de la Démocratie digne des Grands Pays modernes : ils ont souligné l’importance d’avoir une opposition républicaine responsable et significative, en accordant des sièges importants au Parti Socialiste, chef de file de l’opposition, au parti communiste et au Parti Radical de Gauche. Ils ont donc montré que la France est mûre pour ne pas exprimer dans la rue ce qu’il ne peut obtenir au parlement. Ce qui rend davantage responsable ces nombreux représentants de l’opposition démocratique. A eux de gérer dignement et démocratiquement les mandats que leurs électeurs viennent de leur confier.

 

 

 

Les français ont refusé les extrémismes contestataires professionnels constitués à l’Extrême-Droite par le Front National (FN) et le Mouvement National (MNR) qui véhiculent des idéologies du passé, racistes, xénophobes et nuisibles à l’image de la France dans le Monde. Par ailleurs, ils ont refusé l’entrée au Parlement des extrémismes contestataires et archaïques constitués de l’Extrême-Gauche.

 

 Les résultats sont donc un reflet que les Français se font de la Démocratie Moderne : Une démocratie équilibrée et responsable, Une majorité parlementaire très claire et très nette au Président de la République pour réformer, redresser et moderniser la France.

 Ä318 députés UMP et 21 députés PSLE (Nouveau Centre).

 Ä190 députés PS + 17 députés communistes +8 députés PRG (+ 4 députés Verts). C'est le principal pôle de l'opposition.

 Ä4 députés MoDem de François Bayrou

 Ä2 députés MPF.

 Enfin, il convient de remarquer la percée d’une nouvelle diversité par la percée des femmes à l’Assemblée Nationale : nous passons de 76 femmes en 2002 à une force de 107 femmes dont une grande partie de nouvelles actrices de la politique nationale.

 Voilà pour l’essentiel des forces politiques que nous allons rencontrer dans la Chambre Basse du Parlement pendant les cinq prochaines années.

 La faible remontée de l'UMP est, de mon point de vue, liée à trois phénomènes majeurs :

 1°) De nombreux Français n’ont pas su distinguer LES SONDAGES et LES ELECTIONS.  Les sondages ayant souvent donné une « énorme vague bleue » pour l’UMP, ils ont considéré que les jeux étaient déjà faits et ne se seraient pas mobilisés en masse comme prévu. Ce qui explique ce reflux du taux de participation par rapport à l’élection présidentielle record de 85% retombé subitement à 60% dans le délai d’un mois. Donc, de nombreux électeurs ont confondu les sondages qui donnaient entre 400 et 500 sièges à l'UMP et les élections.... Il convient de rappeler, pour les échéances futures que « tant que le bulletin n’est pas tombé dans l’urne, il n’y a pas vote ». Nous devons être tous vigilents et nous faire passer régulièrement le message : les sondages ne sont pas les élections... Les études d'opinion le ressortiront mais cela est malheureusement vrai : Les erreurs de projections sont d’autant plus fortes que la participation électorale est faible. Plutôt que de gagner les sièges, l’UMP en a donc perdu : parti de 359 députés pour la dernière législature, elle ne recueille que 318 sièges dans celle qui s’ouvre, soit une perte de 41 sièges.

 2°) Les socialistes et le reste de la Gauche ont joué les MARTYRS DE LA DEMOCRATIE en jonglant avec les chiffres. Si statistiquement obtenir 45,6% au premier tour peut donner 80% des députés, ils oublient qu'ils ne s'agit pas d'une transformation mécanique de 45,6% en 80% ! Une MOYENNE NATIONALE SUR DES ELECTIONS A CARACTERE PUREMENT LOCAL NE VEUT STRICTEMENT RIEN DIRE ! Mais les électeurs de gauche (communistes, socialistes et extrême-gauche) sont venus au secours de leurs camps pour sauver les meubles... Ils viennent de démontrer que même si la Gauche manque d'idéologie solide et mobilisatrice, la culture et les références de gauche, cela existe encore !... et donc suscitent le Réflexe du « Vote Gauche »... On l'a vu à Amiens Nord (1ère circonscription) où Maxime Gremetz, le dernier communiste radical qui s'est présenté hors Parti car il en est déjà exclu ! a obtenu 59,60% !!! devant le jeune candidat soutenu par la Majorité Présidentielle !!! C'est le réflexe Gauche et la culture de Gauche qui ont fait la différence.

 3°) La communication "sociale et économique" de cette dernière semaine a fait une onde de choc pour réveiller les électeurs de condition modeste : c'est l'effet de TVA Sociale. Voilà une vraie "question de débat de fond " arrivée en pleine campagne électorale et qui a donné des arguments aux ténors politiques de la Gauche. Certes, il est important d’avancer plusieurs pistes de redressement à la fois mais à force de mener plusieurs front simultanés, les électeurs se sont perdus dans la lisibilité et dans la compréhension. Les Journaux de la Gauche traditionnelle se sont chargés de répandre cette TVA comme une mesure de plus de l’injustice sociale, et donc mal ressentie par les classes de revenus modestes. Alors les malins socialistes ont repris la critique avec le maximum de points proposés pour étude et évaluation, soit 19,6% +5% et ont diffusé des tracts avec la TVA à 24,6% !!!!  Un vrai mensonge, mais une vraie confusion politique pour faire peur aux électeurs. Et comme certains électeurs se souviennent de la TVA en 1995 qui nous avait taxé à 20,6% avant de la ramener à 19,6%, les liens étaient vite faits... Une crainte existe effectivement du côté des entreprises : aucune garantie que les entreprises joueront le jeu de répercuter les 5 points gagnés sur le coût social du travail dans la baisse des prix... Chacun profite des avantages fiscaux pour accroître les marges !!! Malgré les interventions du Président de la République et du Premier minstre pour indiquer que la TVA sociale ne sera instituée que si nous sommes sûrs qu’elle n’affectera pas le pouvoir d’achat des ménages, le temps de l’explication a été trop court pour convaincre les électeurs. Cette question mérite une attention forte à l'avenir, quant à la méthodologie de la conduite des réformes : réfléchir à la cohérence des programmes, consultation et concertation avec les experts et des organisations professionnelles du domaine, débats et explications, mise en oeuvre. L'objectif étant d'obtenir des résultats quantifiables, mesurables, démontrables pour faire avancer la France. Le cadre est clair : c'est le Projet Présidentiel de Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui, avec cette forte Majorité Présidentielle, il n'est nul doute que le Projet Présidentiel sera appliqué et qu'il produira des résultats attendus.

 Ceci étant, c'est une bonne chose que la Majorité Forte et Raisonnable soit obtenue et pas l'écrasement des partis de gauche... Car à défaut de se faire entendre dans l'hémicyle, on risquait de retrouver l'opposition et les contestations dans les rues dès la rentrée de septembre 2007 ! C'est donc une excellente nouvelle pour la Démocratie... dont l'organisation du scrutin majoritaire élimine mécaniquement les partis jugés dangereux (le FN et MNR) ou de symbole (chasseurs, parti des travailleurs, et autres...) ou des partis trop extémistes et de contestataires professionnels (LO, LCR, etc...). Ce mode donne ses chances aux partis d'opposition républicaine "PS, PC, MoDem, Verts" qui véhiculent un vrai message politique crédible ! Il assure à coup sûr une majorité parlementaire confortable pour proposer des lois et les faire adopter confortablement, tout en laissant la parole à la diversité de l'opposition démocratique...

 Dans ces élections législatives comme dans la dernière élection présidentielle, la victoire revient encore à la Démocratie.

 Ils ont validé la Diversité des opinions et des idéologies honorables du MoDem, des Verts, des divers droites et des divers gauches MODERES.

Publié dans emmankunz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article