Le FN peut-il vraiment gagner la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie ? Cela dépendra du travail de terrain de l'Union de la droite.

Publié le par Neres Conseil

A partir du 1er juillet 2015, nous entrons dans la campagne de nouvelles élections : Les Régionales.

Le Front national (FN) peut-il vraiment gagner la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie ? Cela dépendra du travail de terrain de l'Union de la droite. Xavier Bertrand, tête de file de l'Union de la droite, a déjà ouvert la compétition à Bousbecque, le jeudi 18 juin 2015.

Fin du vrai-faux suspense pour le Front national : Marine Le Pen sera bel et bien candidate aux élections régionales. Après plusieurs semaines de "réflexion" (mais en avait-elle vraiment besoin ?), la présidente du Front national a confirmé mardi 30 juin qu'elle mènerait la liste de son parti pour le scrutin de décembre dans la nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Les sondages la donnent d'ores et déjà favorite face à ses adversaires. Selon une enquête Opinionway publiée mardi dans Le Figaro, Marine Le Pen recueillerait 32% des voix au premier tour, contre 26% à la liste de droite conduite par Xavier Bertrand et 18% à la liste PS emmenée par Pierre de Saintignon. Au second tour, en cas de triangulaire FN-droite-PS, elle l'emporterait avec 37% des voix contre 32% à la liste Les Républicains-UDI et 31% à la gauche.

La question se pose désormais : le FN peut-il vraiment remporter cette région, issue de la fusion du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie ? Quelles sont les bases d'analyses pour étayer les arguments ? NERES CONSEIL a réralisé des études après les dernières élections départementales. Le lecteurs trouvera les résultats rassemblés dans des "monographies" simples, claires, accessibles à tous. Elles sont présentées par département, puis par canton, puis par principales communes du canton.

Oui, la région est devenue un bastion du vote frontiste, même si elle n'est pas la seule en France. On ne compare plus les élections régionales de 2015 à celles de 2010. La sociologie électorale a beaucoup évolué, au ryhtme des dernières élections :  présidentielle et législatives de 2012, municipales et européennes de 2014, et départementales de 2015. Il faut donc analyser les projections en tenant compte des contextes actuels ; les électeurs ne votent pas en se référant aux résultats de 2010 !
En seulement quatre ans, l'électorat séduit par l'extrême droite dans cette région a largement progressé, passant de 17,05% des voix aux régionales de 2010 à 36,75% aux européennes en 2014, comme le rappelle Le Monde. Les élections municipales de 2014 ont permis au Front national de remporter deux villes de moyenne importance : Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) dès le premier tour, et Villers-Cotterêts (Aisne) au second. Et, en mars dernier, aux élections départementales, le FN a obtenu au moins 30% des voix dès le premier tour dans l'ensemble des départements de la région. "
Partout où le FN avait pris des mairies en 2014, on a pris des cantons", note Eric Dillies, conseiller régional FN du Nord-Pas-de-Calais, interrogé par francetv info.

Au total, le parti s'est emparé de six cantons dans le Pas-de-Calais, de quatre dans l'Aisne et de deux dans l'Oise, soit 12 sur un total de 31 cantons remportés dans toute la France. "C'est une région à forte tradition ouvrière, victime de désindustrialisation, de délocalisations, de chômage de masse et de fermetures d'entreprises, énumère le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite. C'est un territoire très vaste, où les problématiques locales sont parfois très différentes, mais sur lesquelles le Front national rebondit très bien depuis les années 1990."

"Le Nord-Pas-de-Calais-Picardie est la région que le FN a le plus de chances de gagner", constate dans Le Figaro le sondeur Bruno Jeambart, directeur adjoint de l'institut Opinionway. "C'est une région taillée pour le FN", acquiesce le politologue Joël Gombin, spécialiste de l'extrême droite, interrogé par francetv info. "Il n’y a guère que Lille et sa métropole qui résistent". "Amiens et Arras présentent également un niveau de votes moins élevé en faveur du FN". "En moyenne, les scores sont plus bas là où la densité est vraiment très faible, et dans les très grandes villes", explique dans Le Monde Vincent Pons, chercheur en sciences politiques. "Si on regarde les résultats des élections européennes et départementales, on a un potentiel de 35 à 40% de voix", pronostique l'élu frontiste Eric Dillies. De quoi l'emporter en cas de triangulaire. Les monographies disponibles par département, ainsi que l'ouvrage de référence en France : "La conquête de l'extrême droite en France" (Editions L'Harmattan, 2014) donnent de précieuses informations .

Mais pour apprécier la situation électorale réelle dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais - Picardie, nous vous proposons de lire les études et analyses électorales dans les documents uniques sur la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais - Picardie ci-joint. Vous y découvrez les analyses détaillées des élections présidentielle 2012, européennes 2014 et départementales 2015. Nous vous fournissons les analyses sur toutes les communes de plus de 1000 habitants pour les européennes de 2014, et dans chacune des principales communes de cantons pour les départementales de 2015.

Pour acquérir ces documents précieux au "prix promotionnel" accessible à tous, en vue de préparer les régionales des 6 et 13 décembre 2015, veuillez contacter :

Catherine GHEKIERE

Chargée de communication NERES CONSEIL

mail : neres.conseil@gmail.com

Mobile : 06 33 06 85 90

Les études et les analyses des élections présidentielles, européennes et départementales dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Les études et les analyses des élections présidentielles, européennes et départementales dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Les études et les analyses des élections présidentielles, européennes et départementales dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Les études et les analyses des élections présidentielles, européennes et départementales dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Les études et les analyses des élections présidentielles, européennes et départementales dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Publié dans Etudes

Commenter cet article

veysseyre 01/07/2015 14:44

Bonjour Monsieur , le résultat n'est pas surprenant , les immigrés de Calais qui font régner leurs lois , l'assistanat démentiel alors que la France d'en bas souffre , l'immigration en général . La politique de vase communiquant de Bruxelles , enrichir les pays de l’Europe de l'est avec les richesses de celles de l'ouest , les travailleurs détachés , les Français disent non et je ne parle pas du laxisme face au femmes voilé qui aime provoquer notre culture , et leurs collaborateur masculin , exaspérant , non Monsieur tout cela c'est fini , nous allons y mettre un terme , appelé moi xénophobe ou raciste j'en suis fier .

Neres Conseil 01/07/2015 18:11

Cher ami. La Xénophobie ne peut constituer une solution à un choix aussi structurant comme celui des élections.Oui, Calais est un catalyseur... mais Calais n'est pas dans l'Aisne, ni dans l'Oise ! Ce n'est pas à Creil que le Front national a gagné mais à Villers-Cotterêts, à Hénin-Beaumont, à Noyon, à Crépy-en-Valois. Vous ne me direz pas que ces chefs-lieux de canton sont écrasés par l'immigration, relativement inconnue des habitants... C'est une mutation de la gouvernance politique générale en France, et une conséquence d'une crise structurelle de l'emploi. Et le Front national n'a pas de réponse. Une grande partie des électeurs ne votent pas par adhésion au FN, mais par rejet des autres formations politiques de gouvernement... Mais le constat est indiscutable : le Front national monte et conquiert une partie de nos territoires.