Nicolas Sarkozy : la polémique des sifflets en cinq citations

Publié le par Emmanuel Nkunzumwami

Ah ! La polémique dites-vous ?
Nicolas Sarkozy est le seul homme présent lors du discours d'accueil d'Alain Juppé à Bordeaux qui affirme n'avoir "rien entendu" des sifflets et des hurlements contre A. Juppé! Ensuite, "il n'a eu que ce qu'il mérite". Le discours change alors.
Le général de Gaulle disait : "il n'y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités". Et la réalité, c'est que Nicolas Sarkozy ne supporte pas la concurrence à droite. Alain Juppé est son concurrent pour la primaire de 2016. Huer Alain Juppé est bon pour lui. Ensuite, Alain Juppé est favorable à une primaire ouverte à droite, comme une grande majorité des militants. L'UMP seule ne pourra pas gagner la présidentielle contre l'alliance de la gauche et contre le Front national. Nicolas Sarkozy sait bien qu'il serait perdant en cas de primaire ouverte, et soit veut la supprimer, soit la restreindre aux seuls militants UMP acquis à sa candidature. Et dans ce cas, il n'arriverait même pas au second tour en 2017. Tous ceux qui jouent à affaiblir la stratégie d'Alain Juppé arrangent l'ambition de Nicolas Sarkozy. Enfin, les militants qui ont sifflé Alain Juppé ramènent le ralliement de François Bayrou à François Hollande contre Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2012, dans les débats internes à l'UMP. Or, Alain Juppé a soutenu François Bayrou pour accéder à la mairie de Pau contre les Socialistes. A-t-il eu tort de faire gagner le centre droit à Pau ? Non. Car, la droite aura besoin des électeurs de Pau et du MoDem en 2017. Effet d'ascenseur, la droite avec Alain Juppé bénéficiera des électeurs du centre que Nicolas Sarkozy ne pourra pas ramener ! Aussi, Alain Juppé prône un projet de l'UMP auquel il associera toute la droite et le centre pour gagner en 2017. Nicolas Sarkozy n'a plus la confiance de toute la droite et encore moins du centre. Comment alors pourrait-il gagner la présidentielle de 2017, s'il parvient à être choisi par l'UMP (ce qui en restera !) en 2016 !
Avant de sortir des anathèmes contre Alain Juppé, les militants de l'UMP, dont une grande partie est gaulliste, devrait méditer les pensées du Grand général de Gaulle, avant de hier ses héritiers politiques.
Et pour le 29/11/2014...
Votez et faites Voter un homme neuf, éloigné de la guerre des chefs pour arbitrer les conflits et refonder l'UMP totalement renouvelée avec de nouveaux talents,
Votez et faites voter pour BRUNO LE MAIRE.

Commenter cet article