BRUNO LE MAIRE A CONVAINCU LES MILITANTS POUR ETRE ELU PRESIDENT DE L'UMP LE 29/11/2014.

Publié le par Nouvelle Dynamique

LE GRAND RASSEMBLEMENT AU PALAIS DE LA MUTUALITE A PARIS, LE 4/11/2014 !

[…]

Quelle joie de vous retrouver ce soir aussi nombreux !

 

Votre présence ce soir est le plus beau des démentis à tous ceux qui disaient que cette élection était jouée d’avance, que le résultat était déjà connu, que rien n’était possible. Dans cette salle où nous avons tous des souvenirs politiques forts, je vous le dis : tout est possible !

 

Alors merci !

 

Merci pour votre enthousiasme !

 

Merci pour votre mobilisation qui ne cesse de grandir depuis le 11 juin dernier et qui porte le renouveau !

 

Vous êtes le peuple de droite ! 

 

Vous êtes le peuple de droite qui en a assez des responsables politiques qui mentent, trompent et trahissent leur électorat, et dont le Président de la République actuel est le premier des représentants : lui, Président de la République, qui a la finance pour amie et les familles de France comme ennemies, lui, Président de la République, qui ne parvient à inverser ni la courbe du chômage, ni la courbe de son impopularité, lui qui a menti aux jeunes et avec eux à tous les Français, lui, Président de la République, qui parle et qui ne décide pas, qui pèse et soupèse et ne tranche jamais, lui, Président de la République, qui a porté le Front National à des niveaux jamais atteints dans notre Nation et qui en a fait sa planche de salut, lui, ce Président de la Quatrième République égaré dans la Cinquième. 

 

Vous êtes le peuple de droite qui en a assez de voir la France traiter toujours plus mal ceux qui travaillent et donner toujours moins à ceux qui en ont réellement besoin, assez de voir la France abîmée par la violence de ces groupes radicaux de gauche qui cassent à Nantes, à Dijon, à Toulouse et ailleurs, assez de voir la assez de voir la République plier devant eux, assez de voir la France renoncer à ses valeurs les plus fondamentales, et laisser les enseignants se débrouiller seuls face aux femmes voilées qui accompagnent nos enfants dans les sorties scolaires, assez de voir notre impuissance collective depuis 30 ans à réduire les déficits et à faire baisser le chômage, parce que depuis 30 ans, nous avons manqué de courage, manqué de volonté, manqué de renouvellement dans notre classe politique. 

 

Vous êtes le peuple de droite qui en a assez de voir la droite promettre une politique de droite avant les élections et faire une politique de gauche après. 

 

Vous en avez assez ? Moi aussi !

Comme vous, je me demande quand nous cesserons enfin de tourner en rond avec toujours les mêmes visages, toujours les mêmes discours, quand nous serons enfin au diapason de notre société qui change, quand nous assumerons enfin nos valeurs de droite, la liberté, le respect, le mérite, quand nous revendiquerons enfin nos idées de droite, quand nous appliquerons enfin notre projet de droite pour accompagner chacun dans la mondialisation

 

Ce projet, nous y croyons. Nous voulons que la France retrouve ses couleurs. Nous réclamons le retour de la France. 

 

Nous le réclamons maintenant ! 

 

Après, il sera trop tard, le Front National aura définitivement gagné la partie. Oui, le Front National peut devenir demain le seul recours face au fiasco de la gauche A nous, l’UMP, de nous ressaisir : car l’UMP est le seul vrai barrage au FN. Je refuse la résignation devant la montée du Front National. Je refuse de voir le Front National incarner une relève politique et répéter sans cesse que la gauche et la droite se valent. 

 

Non, Madame Le Pen, la gauche et la droite ne se valent pas. Non, Madame Le Pen, vous ne portez pas le renouveau, vous êtes au contraire le pur produit du système dont vous et votre famille profitez depuis des années. Vous êtes forte parce que vous avez le Parti socialiste et ses échecs comme allié, et la gauche extrême comme partenaire. Les masques tombent, Madame Le Pen. Vous mettez en cause notre parti ? Mais demain notre UMP en aura fini avec les scandales financiers, fini avec les hésitations et les idées tièdes, fini avec les promesses non tenues, fini avec les déceptions héritées de notre passage au pouvoir. Le renouveau sera le coup de hache qui tranchera définitivement le lien UMPS

 

Oui, le renouveau est le meilleur rempart contre le Front National.

 

Alors en avant tous ensemble, députés, sénateurs, maires, conseillers municipaux, généraux et régionaux, militants, cadres du parti, compatriotes égarés à gauche et intéressés par la droite, vous les déçus de la droite qui gardez encore espoir, vous tous qui affirmez ce soir votre volonté de  reconstruire la droite de fond en comble ! 

 

Cette volonté, je la comprends ! Cette volonté, je la partage !

 

Comme vous, je ne varierai pas de ligne, je ne varierai pas de cap, je ne changerai pas et je revendique de ne pas changer, pour porter notre idéal

 

Comme vous, je suis convaincu que la victoire est à portée de main ! La victoire pour vous ! La victoire pour proposer de vraies solutions politiques aux problèmes de la France sans se réfugier dans des slogans qui sont des impasses !

 

L’élection est une formalité ? Non, c’est un rendez-vous démocratique essentiel pour nous tous, avec des options radicalement différentes pour l’avenir de notre mouvement. Nous, les trois candidats, nous menons un combat sur les idées, pas sur les personnes. Nous nous respectons. Nous menons une campagne qui fait honneur à notre parti. 

 

L’élection est déjà jouée ? Non ! Elle est jouée pour les experts et pour les observateurs de tout poil, qui ne croisent jamais un militant ! Le 29 novembre, vous, les militants, vous allez créer la surprise, parce que vous êtes libres. Parce que vous ne voulez pas attendre votre avenir, vous voulez inventer votre avenir, vous ne voulez pas regarder derrière vous, vous voulez regarder devant vous, vous ne voulez pas subir, vous voulez imposer votre choix : celui du renouveau à la tête de l’UMP.

 

Le 29 novembre prochain, vous ne choisissez pas le futur candidat à l’élection présidentielle, vous ne choisissez pas un sauveur ou un recours derrière lequel tout le monde devrait se ranger comme un seul homme, vous choisissez celui qui devra consacrer à l’UMP toute son énergie, 7 jours sur 7, 365 jours sur 365. 

 

Je ne déléguerai pas à une quelconque direction nommée le pouvoir que vous me confierez par votre vote. Je travaillerai avec chacun. Je serai présent. Mon bureau sera rue de Vaugirard et sera toujours ouvert aux militants. Je viendrai auprès de vous dans les fédérations comme je le fais depuis 4 mois de campagne.

 

Je ne suis candidat contre personne, je suis candidat depuis le 11 juin pour un projet de renouveau. 

 

Je suis candidat pour rassembler sans menaces, sans promesses de postes ou de places, je suis candidat pour garantir l’unité de notre parti. Je suis candidat pour éviter toute nouvelle guerre des chefs. Vous avez vu la une des journaux de la semaine dernière ? Une prochaine guerre fratricide est annoncée à droite. Je refuse que la droite se livre à une de ces guerres fratricides dont elle a le triste secret depuis 30 ans, car cette fois, elle nous priverait du second tour de l’élection présidentielle. 

 

Je ne suis pas candidat pour faire du parti un marchepied pour une ambition présidentielle personnelle, je suis candidat pour redonner à notre parti sa dignité, sa crédibilité et un projet. L’UMP ne doit pas se mettre au service d’une personne, elle doit être au service de notre projet pour la France.

 

Je ne suis pas candidat pour tout changer et que finalement rien ne change ! Pour que ce soit toujours les mêmes qui décident, à la place des militants et de ceux qui font vivre la droite au quotidien. Je ne suis pas candidat pour changer une étiquette et ripoliner une devanture, je suis candidat pour transformer en profondeur notre mouvement et en faire un grand parti de la droite républicaine en Europe, à côté de la CDU ou du parti conservateur britannique. 

 

Je suis candidat parce que je partage votre fierté de militant, parce que je suis fier de ce que les militants ont fait et de ce que nous ferons ensemble. 

 

Je ne suis pas candidat pour supprimer l’UMP, je suis candidat pour renforcer l’UMP. Tout détruire pour tout reconstruire ? Mais quelle folie ! Allons-nous perdre notre temps à reconstruire un nouveau parti ? Allons-nous perdre notre temps à faire de la cuisine politicienne ? A quoi bon ce saut dans l’inconnu ? Quand chaque jour le pouvoir en place vacille davantage, il serait irresponsable de gaspiller notre temps à inventer de bric et de broc une nouvelle formation politique. Quand notre électorat exige de la clarté, il serait incompréhensible de chercher une fusion artificielle avec l’UDI, dont elle ne veut même pas. Fusion signifie confusion de nos valeurs et de nos idées. Quand nous sommes aussi peu avancés dans notre projet et dans ses modalités de réalisation, quand le Front National nous mange la laine sur le dos, quand la gauche et les Verts torpillent jour après jour ce qui reste de fort et de bon dans notre Nation, il serait suicidaire de répondre à une autre question que la suivante : quel projet voulons-nous pour la France ? 

 

Pourquoi saborder un parti qui vient de gagner les élections municipales et de remporter le Sénat ? 

 

Pourquoi effacer les douze mois de travail qui ont été nécessaires pour écrire de nouveaux statuts ? 

 

Pourquoi faire payer aux militants dans les fédérations les erreurs des chefs à Paris ? 

 

Je refuse que les militants UMP, qui ont toujours répondu présents, qui se sont sacrifiés, qui ont tenu bon dans les tempêtes, qui ont donné de leur temps et de leur argent pour notre parti, soient les boucs émissaires faciles de notre incapacité collective à redessiner un avenir pour la droite. 

 

Mon programme est simple : au travail, tout de suite ! 

 

La droite qui se regarde le nombril, on oublie ! Les querelles intestines, on oublie ! Les petites ambitions personnelles, on laisse de côté ! Ouvrons les portes et les fenêtres ! Je propose une révolution copernicienne à la droite : parlons moins de nous, parlons des Français.

 

Au travail, tout de suite, pour restaurer notre dignité : je ferai toute la transparence sur les affaires financières qui ont ruiné la crédibilité de l’UMP. Jamais personne ne nous fera confiance pour tenir les comptes de la Nation, si nous ne savons pas tenir correctement les comptes de notre parti. 

 

Au travail, pour préparer les élections départementales et régionales de 2015. Cent déplacements par an ne me font pas peur. Je veux poursuivre mon tour des fédérations pour soutenir les candidats aux élections cantonales. Dans les régions où plusieurs personnalités de notre mouvement sont candidates, nous organiserons des primaires : les militants trancheront !

 

Au travail, pour préparer les primaires de 2016. Elu, je proposerai à tous les candidats déclarés, Alain JUPPE, François FILLON, Xavier BERTRAND et Christian ESTROSI de lancer les travaux politiques sur des primaires ouvertes et irréprochables. Je mettrai en place une mission d’évaluation sur les modalités techniques du vote, dont les conclusions devront être rendues en septembre 2015 au plus tard. 

 

Au travail, pour définir le grand projet de la droite républicaine pour la France. Dès janvier, je lancerai dans chacune de nos fédérations les Assises du renouveau. Autorité de l’Etat, liberté des entrepreneurs, éducation, renouveau démocratique : voilà les quatre volets de notre projet sur lesquels nous travaillerons au cours des quatre trimestres de 2015. Ces Assises seront ouvertes à tous : militants évidemment, mais aussi tous ceux qui partagent nos valeurs et souhaitent participer à la désignation de notre futur candidat. Les conclusions de ces Assises seront votées par vous, les militants : le grand projet de la droite sera votre projet. Il engagera les futurs candidats aux primaires. Il garantira le respect de la parole donnée. 

 

A vous, les femmes, je veux dire que je ferai du respect de la loi sur la parité un combat prioritaire. Vous vous ferez entendre, mais surtout, nous vous écouterons. Vous occuperez dans notre parti les responsabilités que vous méritez et qui feront grandir notre rayonnement dans la société. Il est temps que nous arrêtions de payer 4 millions d’euros d’amende parce que nous ne respectons pas la loi sur la parité. 

 

A vous, les jeunes, je veux dire que votre talent sera reconnu. Les élections de votre bureau et de votre nouveau Président auront lieu dès le premier trimestre 2015. Je refuse les quotas de jeunes. Je défends la reconnaissance de votre mérite. Je veux que notre parti vous fasse une place aux élections grâce à deux règles simples : pas de cumul des mandats, pas plus de trois mandats successifs pour les députés et les sénateurs. Je veux que notre parti vous accompagne dans vos campagnes électorales et vous aide dans les premiers mois de votre prise de fonction. Oui, vous tous, les jeunes qui êtes si nombreux et si enthousiastes depuis le début de ma campagne, notre parti vous accordera la confiance que la France ne vous donne pas, notre parti vous donnera la place que la France vous refuse.

 

Aux jeunes actifs, je veux dire que nous défendrons un statut de l’élu, qui vous permettra de vous engager en politique sans risquer de perdre votre emploi à la sortie. Je continuerai à me battre pour que notre vie politique nationale ne soit pas confisquée par une ou deux promotions de l’ENA en imposant cette règle : tout haut fonctionnaire qui veut faire de la politique devra démissionner de la fonction publique. 

 

Finie, la République des copains. Finie, la République de la promotion Voltaire. Savez-vous dans quel pays on confie les plus hautes responsabilités du pouvoir au mari d’une ministre ? En France ! Où est la morale républicaine ? Avec les socialistes, le pouvoir devient une affaire de famille à tous les étages

 

A vous, les fédérations d’outre-mer, je veux dire que vous ne serez plus les laissées pour compte de notre parti. Comment avons-nous pu abandonner à ce point nos compatriotes de l’outre-mer ? 

 

A vous, les fédérations de l’étranger, je veux dire que vous aurez une autonomie financière, pour enfin tenir votre rang et faire participer à la vie de notre mouvement le plus grand nombre d’expatriés.

 

A vous tous, les élus locaux, en particulier les maires, je veux dire que vous serez la colonne vertébrale de notre parti. Je mettrai en place un Collège des élus locaux, qui participera au Bureau politique. Qui connaît mieux que vous les attentes de nos compatriotes ? Personne. Qui est au contact permanent de leurs difficultés, de leur colère et de leurs espoirs ? Vous. Parce ce que vous êtes les derniers élus auxquels nos concitoyens fassent encore confiance, nous reconstruirons le parti sur votre expérience. 

 

A vous tous, les cadres du parti, secrétaires départementaux, délégués de circonscription, membres des comités départementaux et membres du Conseil national, je veux dire que nous remettrons en place des formations pour vous permettre de jouer pleinement votre rôle au service du parti et vous accompagner dans vos ambitions légitimes.

 

A vous tous, les militants, je veux dire que je vous écoute et que je vous respecte. Je veux dire que je vous rendrai le pouvoir qui vous a été si longtemps confisqué. Le pouvoir le plus important vous sera rendu : celui des investitures, locales et nationales. Avant, la Commission nationale décidait, les fédérations enregistraient. Désormais, la Commission nationale enregistrera et les fédérations décideront.

 

A vous tous, les militants, je veux dire que je rétablirai les finances de notre parti : nous poursuivrons le travail courageux engagé depuis plusieurs mois par Luc CHATEL, nous multiplierons les adhésions, nous plafonnerons les salaires des permanents du siège à Paris, nous rendrons publics dans les fédérations les noms des élus qui ne règlent pas leurs cotisations. 

 

A vous tous, les militants, je veux dire que je remettrai notre UMP en ordre de bataille : l’armée mexicaine des secrétaires nationaux sera dissoute, les responsabilités de chacun dans le parti seront précisées, les courants qui ont été légitimement élus pourront apporter leurs contributions au travail collectif, mais je refuse les écuries, je refuse de passer notre temps à peser au gramme près les sensibilités de chacun, au détriment de la force de tous. Et au final, seul le vote des militants sur les grandes orientations du parti fera foi.  

 

L’UMP du renouveau sera l’UMP de la reconquête.

 

L’UMP du renouveau attirera de nouveaux talents, de nouvelles énergies, de nouvelles volontés, parce que enfin notre parti fera envie.

 

L’UMP du renouveau sera populaire et rassemblée, pleine d’expérience et pleine d’audace, tournée vers l’avenir et surtout tournée vers la France.

 

Vous êtes cette UMP de demain !

 

Vous êtes le renouveau !

 

Vous êtes le renouveau en marche : rien ne l’arrêtera.

 

Alors, dans les trois semaines de campagne qui restent, j’en appelle à votre mobilisation totale : dépassez-vous, démultipliez-vous, créez la surprise, portez votre destin, vivez votre aventure, vivez la pleinement, totalement et donnez-vous la victoire !

Bruno Le Maire, au Palais de la Mutualité à Paris. Dialogue et Réponses aux questions des participants.
Bruno Le Maire, au Palais de la Mutualité à Paris. Dialogue et Réponses aux questions des participants.

Bruno Le Maire, au Palais de la Mutualité à Paris. Dialogue et Réponses aux questions des participants.

Discours de Bruno Le Maire, mardi 4/11/2014 au Palais de la Mutualité à Paris. Plus de 1500 participants.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article